Composante IV: Gestion

Cette composante a pour objectif « la coordination, l’administration, le suivi & évaluation, la gestion des connaissances, la gestion des finances, la supervision et l'audit suivant les normes requises ».Coordination :

Coordination :

L’Unité de Gestion de Projet, basée à M’Bout ne sera pas seulement chargée de la coordination, mais aussi de la mise en œuvre directe d’une partie substantielle des actions du programme. Elle comprendra :

- Un coordinateur 

- Une cellule administrative et financière, 

- Une cellule de suivi évaluation (S&E) et 

- Une cellule technique (maximum de 6 cadres de niveau universitaire) couvrant les différentes compétences nécessaires (genre, animation et communication, génie rural, gestion des ressources naturelles, agriculture et élevage). Sur chaque moughataa interviendra une équipe de terrain basée dans les chefs-lieux respectifs. Elle sera composée de techniciens (animation, génie rural, gestion des ressources naturelles, agriculture, élevage) de niveau ingénieur ou équivalent, dont l’une assurera la coordination, et d’un chargé de suivi-évaluation. L’ensemble du personnel de ces quatre équipes résidera sur son lieu d’affectation.

Planification, suivi-évaluation et capitalisation des connaissances :

Le dispositif de suivi-évaluation du PASK II devra permettre: (i) de répondre aux besoins d’information du FIDA et du Gouvernement sur l’activité, les résultats immédiats et l’impact à court et plus long terme du Projet, (ii) de produire, organiser et diffuser les informations nécessaires à son pilotage stratégique. Le suivi-évaluation sera un élément essentiel de la mise à jour des stratégies et plans d’action et devra intégrer toutes les étapes du cycle de travail du Projet. Une attention particulière sera apportée au suivi de l’efficacité des instruments de ciblage (pauvreté et genre). Lire la suite...

 Un mécanisme de suivi-évaluation participatif sera instauré pour chaque domaine d’activité. Il comprendra notamment des ateliers-bilans-propositions réalisés annuellement ou selon le rythme propre à chaque activité. Les acteurs et partenaires-clés (bénéficiaires, organisations rurales, institutions publiques, secteur privé) de chaque activité seront invités à participer à ce processus. Les cadres techniques de l’UGP seront directement responsables d’organiser, d’animer, et de capitaliser ce suivi-évaluation participatif. Ses résultats alimenteront le processus de planification du PASK II. Ce suivi-évaluation participatif sera en principe organisé suivant un cycle annuel. Il alimentera en outre la réflexion qui sera menée lors de l’examen à mi-parcours du Projet. 

La remontée des informations sur les réalisations et leur impact sera assurée par les techniciens des Unités Techniques (ou les partenaires pour les volets qui leur seront confiés) qui réaliseront leur collecte selon les formats et modalités définis par l’UGP (cellule S&E et cadres techniques) et les remettront au chargé de suivi-évaluation de chaque équipe de terrain (au responsable S&E pour les partenaires). Ce dernier les compilera, les vérifiera, assurera la saisie et les transmettra à la cellule suivi-évaluation de l’UGP. Il recueillera les informations transversales. Le même circuit sera pratiqué pour le recueil des indicateurs SYGRI. En outre, une enquête de base sera réalisée (A1) sur un échantillonnage assez large, et deux enquêtes SYGRI plus légères (A4, A8). Des enquêtes thématiques seront réalisées en fonction des besoins. Des canaux d’intégration et de communication avec les services chargés du suivi-évaluation au sein des Ministères de tutelle seront recherchés. En particulier, dans la mesure du possible la Direction des Politiques, de Coordination et du Suivi-Évaluation (DPCSE) du MDR participera directement aux enquêtes. 

Le PASK II se dotera d’outils simples (et utilisables par le plus grand nombre possible des acteurs du Projet) permettant le géo-référencement et la visualisation de l’implantation de ses principales activités. Ils seront basés sur les spatiocartes élaborées dans le cadre du PASK I qui seront imprimées et placées (affichées) auprès des acteurs et partenaires principaux selon leurs besoins (Equipes PASK, Partenaires, Mairies, Services Déconcentrés, principales organisations rurales, opérateurs, etc.). Elles seront mises à jour manuellement ou renouvelées périodiquement par les agents du PASK II. Des bases de données informatisées (reliées ou non à un SIG) pourront compléter ce dispositif. Le PASK II n’investira dans le développement d’un SIG que dans la mesure où celui-ci serait hébergé non seulement par les équipes du Projet, mais aussi le plus rapidement possible par une institution pérenne spécialisée qui garantisse sa maintenance et sa valorisation au-delà de la durée du Projet. Dans un premier temps une homogénéisation des systèmes et des échanges réguliers de données seront organisés entre le PASK II et ses principaux partenaires (ProGRN, VAINCRE, GRDR). Le ProGRN pourra jouer le rôle de chef de file et de pôle de compétences dans ce domaine. 

L’UGP sera responsable de la préparation des Programmes de Travail et Budget Annuels (PTBA) et de l’organisation de leur validation dans les délais par le CP, le FIDA et les autres partenaires financiers éventuels. Elle prendra en compte les recommandations issues des mécanismes de suivi-évaluation participatifs. Chacun des trois partenaires du PASK II (ProGRN, VAINCRE, GRDR) élaborera son PTBA qui sera inclus dans celui global du projet après validation par l’UGP. Les PTBA seront validés par le comité de pilotage et soumis à l’approbation préalable du FIDA. 

Gestion des savoirs 

La stratégie du Projet en matière de gestion des savoirs sera d’ancrer les compétences au sein d’acteurs locaux pérennes (en tout premier lieu les organisations rurales) et d’appuyer ces acteurs locaux à se doter de canaux durables d’accès aux connaissances. Les méthodes d’échanges entre pairs (notamment échanges entre paysans, tutorat, etc.) et de mises en réseaux thématiques seront la base des interventions du Projet. Le Projet appuiera ces réseaux locaux à accéder et à participer à des réseaux de gestion et partage de connaissances plus globaux, notamment ceux qui seront développés et soutenus dans le cadre du ProLPRAF mis en œuvre par le MDR avec l’appui du FIDA. Les cadres techniques de l’UGP seront les principaux responsables de la mise sur pied et de l’animation de ces réseaux. Chacun dans leurs domaines, ils devront jouer un rôle de veille, d’identification de partenaires, faire circuler ces savoirs/opportunités au sein de la zone du Projet et animer l’établissement de partenariats entre ces entités extérieures et les acteurs du Projet. Cette veille et cette recherche de partenaires couvriront les champs techniques, organisationnels, juridiques et réglementaires, financiers, etc. 

Le PASK II sera un outil de déploiement et de vulgarisation des politiques nationales et du cadre juridique et réglementaire. 

Il servira également à contribuer à leur perfectionnement et leur enrichissement notamment :

 (i) sur le concept de partenariat local et particulièrement sur l’articulation entre la société civile locale et les municipalités ;

 (ii) sur l’opportunité et les mécanismes pour l’Etat de s’appuyer sur des organisations rurales et de leur transférer des ressources budgétaires de façon durable, (iii) sur l’utilisation de chantiers HIMO pour non seulement transférer des ressources aux plus pauvres mais aussi en faire un instrument structurant de la société civile locale et de renforcement de la cohésion sociale.